LES RECONNAITRE

"Mais comment se fait-il, petits grillons, noirs et luisants comme jais,
que, le jour, vous ne disiez pas un mot et que, le soir, avec la lune
vous chantiez les vêpres du laboureur".
(Les îles d'or- F.Mistral)





Thèses du laboratoire de neurobiologie du C.N.R.S :

"La neurogénèse chez l'insecte adulte"
-maturation du cerveau du grillon domestique- M. Cayre - 2000
(Article de M. Cayre et A. Strambi dans le n° 119 de la revue Insectes publiée par l'OPIE)

"Etude des protéines phosphorylables du tissu nerveux
du grillon domestique
" - F. Degrelle - 1996

"Action de l'hormone juvénile sur le système nerveux
central du grillon domestique adulte" - M.Cayre - 1995




"Les mâles immunocomprimés : un compromis
entre l'immunité et la reproduction chez les invertébrés"
Adamo, S.A.Dalhousie Univ. Halifax

"Considerations about the troglophilic habit :
the cave cricket model"

Mémoires de biospéologie - XXVI - décembre 1999

"Durée des phonatones et efficacité de la communication
acoustique chez les grillons"
Desutter-Grandcolas L. , Ann. Soc. Entomol. Fr. 1998,34

"L"accouplement des grillons arboricoles"
Revue Pour la science - n° 144 - octobre 1989

"Etude biologique et biochimique de la pigmentation
chez un insecte: gryllus bimaculatus"
S. Fuzeau-Braesch - Bulletin biologique de la France et de la Belgique - 1960



Références bibliographiques sur le grillon champêtre en anglais

http://buzz.ifas.ufl.edu/g464a.htm#Refs

 

COMMUNICATION

Les grillons grésillent ou grésillonnent en soulevant obliquement les deux élytres,
ailes antérieures dures. L'élytre droit recouvre toujours le gauche qui porte la rape stridulante

ou archer qui va frotter le grattoir ou chanterelle de l'autre élytre.
L'archet est constitué par un alignement de dents lamellaires, se chevauchant légèrement.
Lors de la fermeture des élytres, chaque dent frottée contre une nervure
de l'élytre opposé provoque un train d'ondes soutenues et uniformes.
Les élytres jouent le rôle de caisse de résonance en modulant les vibrations.
Deux zones membraneuses, la harpe et le miroir, amplifient les sons émis.


Si l'on a pu reconnaître six chants différents chez les orthoptères,
seuls trois d'entre eux ont été clairement interprétés pour les grillons :
-la stridulation de rivalité afin d'intimider un autre mâle,
ou d'accompagner un combat entre rivaux ou d'exprimer la victoire ;

-le chant de cour, prélude à l'accouplement.
- le chant d'appel sexuel ;
Ce troisième chant est le plus fréquent. Il a pour fonction d'orienter
la femelle vers le territoire du mâle. L'attrait semble irrésistible,
un enregistrement produisant le même effet
(En 1913, un professeur de lycée à Vienne a, de façon expérimentale
et pour la première fois, fait chanter un mâle dans un téléphone
et a constaté que la femelle s'approchait de l'écouteur).
Le chant de cour, émis après quelques contacts antennaires,
est plus bref et plus métallique.

Le répertoire acoustique des grillons n'est ni appris ni improvisé,
il est entièrement inné.

Il a été découvert que le chant d'appel de deux espèces
(Eneoptera guyanensis et Lerneca fuscipennis) se caractérise par
d'importantes modulations de fréquence. On savait que certaines espèces
émettent à des fréquences différentes selon la température ambiante
(grillons thermomètres, en particulier Oecanthus).
Les rapes des deux espèces sus-citées sont hétérogènes
tant en ce qui concerne la distribution des dents
que la structure même des dents.

Pendant qu'ils frottent leurs élytres, les grillons désensibilisent
leur système auditif pour ne pas être assourdis par leur propre chant.
Une expérience menée par deux chercheurs de
l'université de Cambridge a montré que l'inhibition n'est pas déclenchée
par un stimulus acoustique ou par un mouvement des muscles,
mais par le système nerveux central.

La communication sonore chez les orthoptères
www.univ-pau.fr/~degreg/communication

La communication auditive chez le grillon - F.Hubet - J.Thorson
Revue Pour la science - février 1986
Entendez-vous le "parler grillon"
Revue du Palais de la découverte - juin 1995
Un grillon robot -B. Webb
Revue Pour la science - février 1997



Une cassette vidéo destinée aux élèves de seconde,
intitulée"la communication chez le grillon"
présente et analyse le comportement de mâle à femelle et de deux mâles
par l'étude de la stridulation et de ses messages.
(17 minutes - 1993 - Distributeur Jeulin - 56,40 euros)

MEMOIRE

Si un grillon saute dans l'eau pour échapper à un prédateur
ou tombe dans l'eau accidentellement, il s'oriente vers la végétation la plus proche
et réussit à regagner la terre ferme en utilisant comme repère la position du soleil.
S'il retombe dans l'eau au même endroit, il pourra se guider d'après le ciel,
même si le soleil n'a pas une position identique
et même si le soleil est caché par des nuages.

L'expérimentation de la mémoire du grillon
est expliquée sur le site du Museum national d'histoire naturelle


dans le cadre de l'exposition "Pas si bêtes -
1000 cerveaux - 1000 mondes" qui s'est achevée en septembre 2000
www.mnhn.fr/expo/cerveaux/cerveau/ index5.htm
(séquence animée)

REPRODUCTION



Les parties génitales des grillons sont fort différiencées,
ce qui a pour conséquence d'empêcher les hybridations.

Comme chez tous les orthoptères, le mâle émet un spermatophore, vésicule contenant les spermatozoïdes.
Pendant l'accouplement, il le dépose à la base de l'oviscapte, long appendice de la femelle servant à la ponte.
Peu après, celle-ci libère elle-même les spermatozoïdes qui migrent alors dans ses voies génitales.
La majorité des grillons pondent dans le sol, l'insecte recourbant
son abdomen de manière à présenter l'extrémité de l'oviscapte
perpendiculairement à la surface.



La tarière de l'oviscapte du grillon est constituée par quatre valves,
les ventrales perforent le sol et les dorsales permettent la progression
de l'oviscapte dans le terrain où les oeufs seront pondus à l'aide de valves internes
garnies d'aspérités pour empêcher une remontée des oeufs.



Les grillons ont un stade larvaire comptant jusqu'à dix mues
pour le grillon champêtre.

Avant de sortir de l'oeuf, le grillon subit une première mue.
Les ébauches alaires sont visibles. Les grillons appartiennent
au groupe des exopterygotes (à ébauche alaire externe).
A la dernière mue, très impressionnante à voir, apparaît
l'insecte parfait ou imago.



Dix photos très réussies d'une mue
http://papagrillon.free.fr/pourquoi/mue/mue.html

Le cycle de vie du grillon des champs est lié à l'exposition à la lumière du jour :
les longues photopériodes d'été entraînent un arrêt
de son développement larvaire -diapause-,
pendant lequel il s'enterre à l'automne, toujours au même stade (adulte moins 2)
passant ainsi l'hiver sans geler.

Le cycle biologique des grillons ne dépasse pas une année,
à l'exception de celui du grillon des bois d'une durée double.




RESPIRATION

Un mécanisme de compression et d'expansion rapide de la tête et du thorax caractérise
la respiration de certains insectes, et notamment des grillons.
Un équipe du Fiel Museum de Chicago a découvert,
en utilisant un accélérateur de particules
l'existence d'une ventilation similaire à celle d'une personne
effectuant un exercice physique modéré
en particulier chez le grillon domestique.
Presque chaque seconde, ces insectes échangent
jusqu'à la moitié de l'air présent dans leurs trachées principales.





VISION

Le jeune grillon se dirige vers les zones sombres.
En grandissant, il perçoit la polarisation de la lumière
et il apprend à s'orienter en fonction de la position du soleil.
Un grillon des bois qui vivrait toujours dans l'obscurité
en serait incapable.



Le grillon voit mal les formes.
Pour distinguer les contours d'un arbre,
il doit balancer sa tête ou son corps.



(vision de l'homme)